Destination universités  >  Blogue Plein feux  >  Droits de scolarité et financement des études

Études au Québec

Droits de scolarité et financement des études

En tant qu’étudiant étranger, des droits de scolarité différents s’appliquent à vous. Vous pourriez toutefois bénéficier de certaines exemptions en vertu d’ententes signées par le gouvernement du Québec et votre pays d’origine ou profiter de diverses options pour vous aider à financer vos études.

Les étudiants québécois qui fréquentent l’université doivent payer des droits de scolarité et des frais afférents. En plus de ces sommes, les étudiants internationaux sont également tenus de débourser un montant forfaitaire. Néanmoins, le coût des études universitaires au Québec reste de loin parmi les plus bas en Amérique du Nord.

Attention toutefois, ces montants peuvent être revus à la hausse et peuvent varier d’une université à l’autre et d’un programme à l’autre. Pour en savoir plus sur le coût total à prévoir pour vos études au Québec, renseignez-vous auprès de l’établissement d’enseignement où vous souhaitez vous inscrire.

D’autres frais à prévoir

Outre ces droits de scolarité, il faut prévoir des frais supplémentaires reliés à l’admission, l’inscription, le matériel pédagogique, les cotisations aux associations étudiantes, etc. Là encore, ces montants varient d’un établissement à un autre, renseignez-vous!

De plus, les étudiants doivent détenir une assurance maladie et hospitalisation. Si votre pays d’origine a signé une entente de réciprocité de sécurité sociale avec le Québec, cette exigence ne s’applique pas à vous, car vous serez couvert par le régime québécois. Dans le cas contraire, vous devrez souscrire à l’assurance obligatoire pour étudiants étrangers offerte par votre université ou contracter une assurance privée.

À cela, il faut également ajouter les frais de subsistance qui varient d’une personne à l’autre selon ses habitudes de vie et son lieu de résidence (le coût de la vie étant normalement plus élevé dans les grands centres urbains).

Des exemptions aux droits de scolarité supplémentaires

Plusieurs pays ont signé des ententes avec le gouvernement du Québec. Par exemple, les étudiants titulaires d’un passeport français ou membres de la Communauté française de Belgique sont exemptés du montant forfaitaire normalement imposé aux étudiants internationaux. Ils peuvent ainsi se prévaloir du tarif canadien non résident du Québec pour le premier cycle, et du tarif québécois pour le deuxième et le troisième cycle.

Les ressortissants de plus d’une trentaine d’autres pays signataires d’une entente de mobilité étudiante peuvent aussi bénéficier, dans des proportions variables, d’une exemption du montant forfaitaire pour étudiants internationaux pour leurs études universitaires au Québec.

Il existe d’autres cas de figure où vous pourriez également être exemptés, par exemple si vous êtes bénéficiaire d’une bourse d’excellence du Québec; si vous êtes inscrit à des cours en langue et littérature françaises ou en études québécoises et étudiez à temps plein à l’université; si vous êtes membre (ou le conjoint ou l’enfant) du personnel de mission diplomatique; si vous faites partie d’une organisation internationale établie au Québec, etc.

Pour financer vos études

Pour vous aider à payer les coûts de vos études universitaires, il est possible de demander une bourse auprès du ministère de l’Éducation de votre propre pays, ou encore d’appliquer au Programme de bourses d’excellence pour les élèves et étudiants internationaux. Ces bourses décernées par le Québec concernent néanmoins les études de cycles supérieurs. Un étudiant au doctorat par exemple, pourrait recevoir un montant annuel de 25 000$ durant trois ans au maximum.

En plus de la bourse, le Québec offre aux étudiants sélectionnés une exemption des droits de scolarité supplémentaires applicables aux étudiants internationaux, ainsi qu’un accès gratuit à la couverture de la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Un étudiant étranger est également autorisé, à certaines conditions, à travailler à temps partiel sur le campus universitaire ou en dehors de celui-ci. Rappelez-vous toutefois que pour obtenir le visa nécessaire à des études au Québec, vous devrez préalablement prouver que vous serez en mesure d’assumer les droits de scolarité et vos frais de subsistance, et ce, sans avoir à occuper un emploi.

Pour en savoir plus :